7 avr. 2010

"En raison d'un ordre de censure..."



"En raison d'un ordre de censure, nous ne publions pas ce que nous savons. En raison de notre paresse, apathie et foi aveugle en l'institution militaire, nous ne savons rien du tout."

Même la satire a un goût acide. Le journal Maariv titre aujourd'hui en grandes lettres rouges. A gauche, Ha'aretz s'insurge. Yedioth Ah'ronot, le quotidien le plus lu d'Israël se rebelle à sa droite. Nos journaux sont censurés, ils s'estiment lésés dans leur bon droit et ils ont peut-être raison. Avant d'ouvrir les tirages du jour, personne n'était jusqu'ici au courant. Nous buvons le jus de complot qui transfiltre des lignes noires des journaux d'aujourd'hui comme du petit lait.

Elle s'appelle Anat Kam, elle était soldate de jour, et journaliste de nuit. Une Clark Kent inversée, en version hébraïque et digitalisée. Son uniforme lui a permit de mettre la main sur des informations opérationnelles classifiées - photographiées, manipulées, recopiées puis publiées par le journal Haaretz. Entre trahison et devoir d'informer, la ligne est parfois ténue... et vite franchie. Elle est aux arrêts. Un journaliste du plus grand journal israélien s'est lui exilé à Londres.

Mais voilà, impossible de vous en dire plus. La censure militaire certes est inévitable dans un pays aussi exposé qu'Israel, et nos médias sont férocement critiques mais responsables. Nos journalistes sont eux-mêmes soldats 40 jours par année. Nous sommes un petit pays, les gens parlent, les secrets s'ébruitent, mais il n'est jamais venu à personne de contourner le censeur militaire. Il n'y avait aussi jamais eu d'abus. Jusqu'à aujourd'hui. En raison d'un ordre de censure donc, je ne vous raconterais pas ce que j'ai lu mais je n'en pense pas moins...

9 commentaires:

Justin a dit…

C'est pas dans le Monde ni dans Libé ni dans aucun journal français c'est fou! Mais je ne comprends pas pourquoi la censure serait utile du tout dans aucune situation puisque vous êtes un pays développé avec internet. Tu m'expliques?

Perle a dit…

Dans ce cas précis, la censure est non seulement inutile et fortement discutable, elle est également contre productive. Mais heureusement notre presse est mutine...!

Mais cette même censure est absolument indispensable dans d'autres situations: par exemple il s'agit d'empêcher les journaux d'annoncer les noms de soldats tués avant de prévenir leurs familles. Ou d'empêcher des journalistes trublions de saboter les négociations très précaires avec le Hamas et l'Egypte... You see?

Justin a dit…

Je vois oui même si là je vois pas vraiment en quoi la censure militaire s'applique. Elle est super sensationelle comme une, c'est un journal de quel bord le Maariv?

Perle a dit…

C'est bien le problème!

Il me semble logique qu'elle soit arrêtée pour espionnage, mais je comprends mal pourquoi censurer plusieurs mois son arrestation et se retourner maintenant contre Uri Landau, le journaliste du Haaretz qui a publié ses informations volées alors que la censure avait elle même autorisé la publication des articles...

Maariv c'est plutôt centre droit, assez populiste à ses heures mais avec de très bonnes plumes chez les analystes politiques.

Justin a dit…

Logique?!? Hein? Elle vient d'exposer que l'armée israélienne ne respecte pas ses propres règles d'engagement! Ca doit être au moins un peu illégal tu crois pas? C'est l'armée qui est à condamner!

Perle a dit…

Ca n'est pas mutuellement exclusif!

carine a dit…

tu veux bien mettre un flux rss sur ton blog
je les collectionne sur mon netvibes
et chaque matin, je retrouve la fraicheur des news
@+

carine a dit…

c bon j'ai trouvé l'atom
MERCI

Perle a dit…

Avec plaisir! :P